expatries-assurance.jpg

L’assurance volontaire pour la retraite

20 octobre 2020 Par Yves Morin Non

En général, l’assurance retraite est accordée aux personnes déclarées en tant que travailleurs et non expatriés. Cependant, les acteurs de cette garantie ont érigé une solution profitable à tous et surtout aux individus non associés au premier cas : il s’agit de l’assurance volontaire pour la retraite. En quoi consiste-t-elle et quel est son impact sur un souscrit ? Qui peut être éligible et comment y adhérer ?

L’assurance volontaire pour la retraite : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un procédé mis en avant par un programme d’assurance qui a pour objectif d’accorder une cotisation de retraite à une personne lorsqu’elle n’est pas reliée à un régime de retraite obligatoire. Il est très favorable aux citoyens en situation de chômage, aux émigrés ou aux rentiers. Le plus crucial est de posséder les ressources nécessaires pour arriver à cotiser pour votre retraite.

Cette forme d’assurance couvre différents risques à savoir : la vieillesse de base, le régime complémentaire obligatoire, l’invalidité, le décès et la maladie. Votre retraite est estimée en se basant sur les trimestres cotisés durant votre vie. Les montants à verser peuvent être directement déduits de vos revenus déclarés. Cette action vous donne l’avantage de réduire le coût de vos impôts. Le calcul des cotisations est trimestriel, à travers l’application d’un taux forfaitaire qui équivaut au risque de vieillesse.

En effet, l’assurance volontaire pour la retraite est facultative. C’est-à-dire que rien ne vous y contraint, à l’opposé du régime obligatoire. Néanmoins, vous pouvez y souscrire afin de bénéficier des droits à la retraite.

assurance-expatries.jpg

Les impacts liés à l’assurance volontaire pour la retraite

L’assurance volontaire pour la retraite permet à un expatrié souscrit de continuer à cotiser auprès des régimes de son pays. D’une façon logique, celui ou celle qui adhère à une assurance retraite garantit le cours de sa vie dès sa rétraction professionnelle. Cela implique donc la perception d’une pension de retraite, vous aidant ainsi à soutenir vos vieux jours.

La retraite de base est la pension de premier niveau qu’un retraité souscrit puisse recevoir. On dit qu’elle est à taux plein lorsqu’elle équivaut à 50 % de votre salaire annuel moyen. Si vous obtenez cette retraite de base à taux plein par le biais des cotisations volontaires, elle enchaîne conséquemment une obtention de retraite complémentaire également à taux plein. Il s’agit d’un gros avantage puisque dans certains cas, la valeur de la retraite complémentaire peut être supérieure à celle de base.

Qui peut souscrire une assurance volontaire pour la retraite ?

Les conditions d’éligibilités pour accéder à une assurance volontaire de retraite sont nombreuses.

Les personnes admissibles à ce régime sont, d’une part, les salariés ayant arrêté leur travail et ne bénéficiant plus d’assurance de retraite. Les indépendants non rattachés à une garantie de retraite y sont également éligibles. Ces derniers sont composés d’artisans, de commerçants, de conjoints-collaborateurs et autres.

Par ailleurs, les parents qui s’occupent de l’éducation au foyer d’un enfant de moins de 20 ans peuvent faire l’objet d’une étude et ainsi bénéficier d’une cotisation volontaire de retraite. Il en est de même pour les expatriés, les personnes en volontariat n’étant rattachées à aucun régime obligatoire de retraite.

Comment adhérer à l’assurance volontaire pour la retraite ?

Pour adhérer à l’assurance volontaire pour la retraite, vous devez suivre une procédure bien définie. Elle consiste, premièrement, à remplir un formulaire d’adhésion en ligne puis à indiquer l’intervalle des cotisations que vous aurez choisi. En effet, il existe des bases de calcul des cotisations prédéfinies.

Pour finaliser l’inscription, vous allez joindre et envoyer par voie postale les documents essentiels pour prouver votre éligibilité à cette assurance. Ces pièces sont composées de l’attestation de votre profession à l’étranger si vous êtes expatriés, du justificatif d’état-civil, de votre pièce d’identité. Dans le cas où vous auriez été affilié à un régime obligatoire, vous présenterez le document l’attestant.